16ème congrès Marocain de Sexologie

16ème congrès Marocain de Sexologie

LE SYNDROME METABOLIQUE Point de vue du Sexologue

 

 

DEFINITION DU SYNDROME METABOLIQUE

Il y a syndrome métabolique lorsque il y a au moins 3 facteurs de risque suivants :

  • Le Surpoids, avec obésité abdominal.
  • Hyperlipidémie.
  • Hypertension artérielle.
  • Glycémie élevée.
  • Le Surpoids, avec obésité abdominal: Tour de taille> 80 cm pour les femmes et 94 cm pour les hommes.
  • 10 millions de marocains présentent un surpoids

selon le Haut Commissariat au Plan.

 

 

 

  • Hyperlipidémie :

1.Triglycérides ≥ 150 mg/dl.

2.Cholestérol total élevé ≥ 220 mg/dl, avec :

Taux de HDL ≤ 40 mg/dl chez les hommes

Taux de HDL ≤ 50 mg/dl chez les femmes.

Hypertension artérielle:                          

90 mm Hg ≤ Tension artérielle≤ 150 mm Hg.

Glycémie élevée ≥ 1,10 g/l.

Le dosage de l’HBA1c est important et plus sûr.

LES CAUSES DU SYNDROME

METABOLIQUE

  • La malbouffe.
  • La sédentarité.
  • Le surpoids.

 

 

 

 

 

LA MALBOUFFE

La malbouffe(mauvaise alimentation) : nourriture jugée mauvaise sur le plan diététique.

Forte teneur en graisses et/ou en sucres : hamburgers, hot-dogs, frites, chips, sodas, alcool.

Trop de viandes et de graisses, et pas assez de fruits et légumes.

 

 

 

  • Quand l’apport par les macronutriments (Protides, Glucides >et Lipides) excède la dépense énergétique totale (2200 Kcal/j pour les femmes et 2500 Kcal/j pour les hommes) et si l’activité physique ne compense pas la différence de l’excès, alors le tissu adipeux s’accumule au niveau des hanches et des cuisses chez les femmes : (obésité gynoïde) et au niveau de l’abdomen chez les hommes : (obésité androïde).
  • Obésité
  • Diabéte
  • Hypertension artérielle
  • Maladies cardiovasculaires, etc
 

LA SEDENTARITE

 

 

Mode de vie où les efforts physiques sont limités.

Le changement de mode de vie et des habitudes alimentaires font exposer les marocains au surpoids et au syndrome métabolique.

Dès le plus jeune âge, les enfants passent leur temps devant les jeux vidéos et internet, et ne déplacent que rarement à pied.

 

L’OBESITE

L’OBESITE

  • Surpoids, avec Obésité abdominale
  • L’Indice de Masse Corporel (IMC) = Poids Kg/Taille².
  1. Surpoids             = IMC entre 25 – 29,9 Kg/m²,
  2. Obésité grade I   = IMC entre 30 – 34,9 Kg/m²,
  3. Obésité grade II = IMC entre 35 – 39,9 Kg/m²,
  4. Obésité grade III = IMC supérieur à 40 Kg/m².

 

 

Index de Masse Corporelle (IMC) = Diférence

189 cm²/93 kg = IMC 26                      190 cm²/94 kg = IMC 26

Origines et facteurs de prédispositions. 

  • Mauvaise alimentation: trop de sucre, viandes, graisses et alcool et pas assez de fruits et légume, et qui se traduit généralement par une hypertension, dyslipidémies, avec déficit de cholestérol HDL et hyperglycémie.
  • Sédentarité (mode de vie où les efforts physiques sont limités).

 

 

 

MAUVAISE ALIMENTATION SEDENTARITE


SURPOIDS ET OBESITE

Problématique de santé publique considérée par l’OMS comme une pathologie = conséquences en progression.
Prévalence élevée dans les pays industrialisés :

1. En France   : surpoids 32% des adultes, dont 15% d’obèses.
2. En USA     : surpoids 42% des adultes, dont 32% d’obèses.
3. Au Maroc : surpoids 32% des adultes, dont 18% d’obèses.

SEDENTARITE
78% à l’échelle mondiale et au Maroc.

 

 

PROFIL TYPE

  • Un individu Sédentaire ou devenu sédentaire, à faible taux de cholestérol HDL et à taux élevé de triglycérides, obèse : (indice de masse corporelle> 30),
  • Hypertendu ; il s’agit plus souvent d’un homme de plus de 50 ans ou d’une femme de plus de 60 ans.
  • Diabétique ; Le risque augmente avec des antécédents familiaux de diabète de type 2.

PREVENTION

La prévention relève surtout de l’hygiène de vie, avec deux priorités :

  • Alimentation saine: pauvre en sel et en aliments à fort Indice Glycémique, riche en fruits et légumes :

5 fruits et 5 légumes / jours.

  • Activité physique: (marche rapide, natation, jogging, cyclisme, etc.). Au moins 30 min./jour et 3 jours/semaine.
  • L’activité physique prévient :

– l’obésité

– le diabète

– le risque cardiovasculaire

30 min. à 1h/jour, permet de perdre 4 % du poids/mois et divise par deux l’incidence du diabète type 2

Relation entre le

Syndrome métabolique et

La Dysfonction érectile

 

Pourquoi la DE se produit avant les maladies cardiovasculaires ?

 

 

La Dysfonction érectile : Symptôme prédictif d’une pathologie cardiovasculaire

Les consensus de Princeton.Trois données essentielles : 

  • La présence de facteurs de risque cardiovasculaires :

1.Tabac,

2.Diabète,

3.Dyslipidémie,

Ces facteurs sont plus fréquents chez les personnes présentant une DE que dans la population générale.

La Dysfonction érectile
Symptôme prédictif d’une pathologie cardiovasculaire

  • Chez un homme souffrant de DE, plus il y a de facteurs de risque artériel, plus la probabilité d’une participation organique est importante.
  • Plus il y a de facteurs de risque cardiovasculaire, plus l’atteinte érectile est sévère.

La Dysfonction érectile Symptôme prédictif d’une pathologie cardiovasculaire

Le 1er consensus (1999) :

  • Les patients avec un faible risque cardiovasculaire, peuvent poursuivre leur activité sexuelle ou recevoir

un traitement de la dysfonction érectile.


La Dysfonction érectile
Symptôme prédictif d’une pathologie cardiovasculaire

  • Les patients avec un risque cardiovasculaire intermédiaire doivent faire l’objet d’une évaluation approfondie du risque cardiovasculaire afin pouvoir être classés dans les catégories à risque faible ou élevé.


La Dysfonction érectile
Symptôme prédictif d’une pathologie cardiovasculaire

  • Les patients avec un risque cardiovasculaire élevé doivent être traités sur le plan cardiovasculaire avant de poursuivre toute activité sexuelle.

La Dysfonction érectile

Symptôme prédictif d’une pathologie cardiovasculaire

Le 2ème Consensus 2006 :

  • Les nouvelles recommandations prennent en compte la DE comme marqueur du risque cardiaque chez le patient asymptomatique sur le plan cardiaque.
    La Dysfonction érectile
    Symptôme prédictif d’une pathologie cardiovasculaire
  • Chaque patient présentant une DE doit être soumis à une évaluation médicale complète, selon le principe que tout patient ayant une DE sans symptôme cardiaque est un patient à risque cardiovasculaire potentiel, tant que le contraire n’a pas été démontré.

La Dysfonction érectile
Symptôme prédictif d’une pathologie
cardiovasculaire

  • Dysfonction érectile et maladies cardiovasculaires
    La prévalence de la DE est plus élevée lors des cardiopathies ischémiques et de pathologies vasculaires périphériques. Costa P, Grivel T, Giuliano F et al. (2005).

La Dysfonction érectile
Symptôme prédictif d’une pathologie
cardiovasculaire

  • La prévalence de la DE est de 33,7% lors des pathologies cardiovasculaires, contre 12,8% dans la population générale. Costa P, Grivel T, Giuliano F et al. (2005).

La Dysfonction érectile
Symptôme prédictif d’une pathologie
cardiovasculaire

  • La prévalence de la DE est de 56,8% lors des pathologies vasculaires périphériques, de 38,1% lors des cardiopathies ischémiques, contre 18,6% dans la population totale. Chew KK, Earle CM, Stuckey BGA et al (2000).

La Dysfonction érectile
Symptôme prédictif d’une pathologie cardiovasculaire

  • La comparaison de la prévalence de la DE dans 2 groupes de patients diabétiques de type 2 : ceux présentant une cardiopathie ischémique silencieuse (Angiographie +) et ceux qui n’en présentant pas.
  • La prévalence de la DE est significativement plus élevée dans le 1er groupe (33,8% contre 4,7%). Gazzaruso C, Giordanetti S, De Amici E et al. (2004)

La Dysfonction érectile
Symptôme prédictif d’une pathologie
cardiovasculaire

  • La prévalence de l’athérosclérose des artères coronaires chez les sujets avec DE est de 2,9% fois plus élevé que dans un groupe témoin. Chiurlia E, D’Amico R, Ratti C et al. (2005)
  • Enfin, la prévalence de la DE est très élevée chez les patients hypertendu. Jensen J, Lendorf A, Stimpel H et al. (1999)

La Dysfonction érectile
et maladies cardiovasculaires :
épidémiologie

  • DE et risque cardiovasculaire : la présence d’une DE augmente le risque cardiovasculaire et doit être considérée comme le signal d’alarme de l’existence potentielle d’une cardiopathie ischémique, non encore diagnostiquée. Costa P, Grivel T, Giuliano F et al. (2005).
  • Le risque d’infarctus est de 3 à 4 fois plus élevé si DE entre 4O et 55 ans, en présence de facteurs de risque. Blumentals WA, Gomez-Caminero A. (2004).

La Dysfonction érectile
et maladies cardiovasculaires :
épidémiologie

  • La présence d’une DE, augmente le risque d’atteintes carotidiennes et d’artériopathies oblitérantes des membres inférieurs. Viari E, Arcidiacona G, Di Pino L et al (2005).
  • Une DE sévère à modérée augmente significativement le risque d’AVC et de cardiopathies ischémiques dans les 10 ans. Ponholtzer A, Temml C, Obermayr R et al. (2005).
  • La DE représente l’un des 1er signes cliniques de l’existence d’une pathologie vasculaire sous-jacente. Montorsi P, Montorsi F, Schulman CC (2003).
  • Sur 300 patients coronariens, 49% présentaient une DE dont 67% étaient atteints de DE pendant au moins 3 ans avant l’apparition de la cardiopathie ischémique. Montorsi F, Briganti A, Salonia A (2003).


La Dysfonction érectile
et maladies cardiovasculaires :
épidémiologie

Chez les diabétiques type 2 présentant une cardiopathie ischémique silencieuse (Coronarographie +++), la DE multiplie par 2 le risque d’attaque cardiaque

la DE : facteur prédictif en termes de morbidité et mortalité cardiovasculaire chez les diabétiques présentant des coronaropathies silencieuses. Gazzaruso C, Soletre SB, Pujia A (2008).

La Dysfonction érectile
et maladies cardiovasculaires :
épidémiologie

  • Si l’incidence de la cardiopathie ischémique augmente avec l’âge dans la population générale, il semble que le risque coronaire est plus élevé dans la tranche d’âge 40-49 ans, qu’après 50 ans.
  • Par conséquent, une DE chez un homme jeune serait associée à un risque accru de coronaropathie future. Ponholtzer A, Temml C, Obermayr R et al. (2005).


La Dysfonction érectile
et maladies cardiovasculaires :
épidémiologie

  • Plusieurs études ont montré que la DE est considérée comme un symptôme sentinelle d’une maladie cardiovasculaire.
  • La DE surviendrai dans les mois ou les semaines précédant l’épisode ischémique et pourrait être le signal d’alarme. Cordier G, Rouprêt R, BerthierR (2008)

La Dysfonction érectile
marqueur de l’état de santé

  • L’efficacité du traitement oral de la DE, ne doit pas faire oublier l’intérêt d’un bilan étiologique.
  • La DE : Marqueur clinique de l’état de santé globale (sexuel, physique et psychique) et de la qualité de vie.

La Dysfonction érectile
marqueur de l’état de santé

 

  • Le concept de DE « symptôme »               dépistage global.
  • DE = Révélateur de pathologies méconnues.
  • La survenue de DE après 40 ans, est un signal d’alarme d’une atteinte cardiovasculaire.
  • La DE affecte souvent l’homme dans sa personnalité et dans sa vie de couple, familiale et professionnelle :                                       prise en charge clinique et psychologique.

La Dysfonction érectile
marqueur de l’état de santé

  • La consultation pour DE doit être l’opportunité pour les Médecins non Cardiologues, d’adopter une démarche préventive efficace pour identifier les patients à risque.
  • L’information sur les risques encourus pour l’érection et pour la santé, associée à des conseils de modification de mode de vie, vise à prévenir les pathologies cardiovasculaires à court et à long terme.

La Dysfonction érectile
marqueur de l’état de santé

  • En cas d’étiologie organique +++, « la psychothérapie seule » ne sert qu’à faire supporter   le symptôme.
  • A l’inverse, la prise en charge des facteurs psychogènes et/ou environnementaux, causes ou conséquences ; est une obligation.

CONCLUSION

  • Le syndrome métabolique est un fléau mondial.
  • La prévalence du surpoids ( obésité ) et ses conséquences médicales et économiques, nécessite une politique de prévention qui vise à sensibiliser la population pour modifier son comportement.
  • Si la DE est un signal d’alarme précoce de la maladie cardiovasculaire, les personnes atteintes doivent faire l’objet d’une investigation systématique pour évaluer les facteurs de risque cardiovasculaire.